Historique : deux passés pour un présent

 

MARC SEGUIN

1928 : Annonay est une ville industrielle renommée. Sous l’impulsion de M. Chatel s’ouvre l’Ecole Technique Saint-Denis. Cette école permet après le travail scolaire de la journée de s’initier à la mécanique, la menuiserie charpente et la comptabilité.

1939 : La guerre provoque l’interruption des ateliers du soir.

1955 : Le Frère Jacquet, directeur de l’école Saint Denis, décide de recréer des cours professionnels. Il ouvre avec l’aide des anciens élèves, de la CCI et des industriels d’Annonay, un établissement professionnel.

1969 : Signature avec l’Etat du contrat d’association.

1971 : L’essor de l’école provoque le déménagement. L’école change aussi de nom et devient l’Ecole Technique Marc Seguin en hommage au grand ingénieur et inventeur Annonéen. C’est le Frère Berlioz qui dirige l’établissement qui compte 110 élèves.

1974 : M. Jean-Louis Mérandat est nommé directeur du lycée. C’est la fin de la tutelle des Frères des Ecoles Chrétiennes. La tutelle devient Diocésaine.

1987 : Ouverture des Bac Professionnels à la demande des entreprises.

1992 : Le lycée devient Lycée Technologique. Achat de l’ancienne usine Rousselet. Rénovation des locaux. Le lycée atteint rapidement 340 élèves.
NOTRE DAME

1959 : La ville d’Annonay, en plein essor industriel, offre aux jeunes filles de nombreux emplois de bureau. Pour leur donner la formation nécessaire, des familles s’adressent aux religieuses de St-Joseph de Viviers présentes à l’Institut Notre-Dame depuis 1953. Soucieuse de répondre à ce nouveau besoin des jeunes, la congrégation confie à Sœur Marie-Michel Garnier la mission d’ouvrir une école commerciale. En 1959, l’Ecole Commerciale Notre-Dame accueille ses premiers élèves : 8 jeunes filles qui préparent en 3 ans un CAP Employé de Bureau. Elles seront 24 en 1960 et 41 en 1961.

1965 : Sœur Marie-Thérèse Junique remplace Sœur Marie-Michel à la direction de l’établissement.

1966 : L’école remplissant les conditions requises obtient le contrat simple avec l’Etat. Les élèves issues de familles modestes peuvent bénéficier des bourses nationales.

1969 : Nombreux succès aux examens et effectif en hausse. C’est la signature du contrat d’association avec l’Etat et l’ouverture d’un premier BEP administratif.

1971 : L’école devient mixte.

1985 : L’école s’installe dans les locaux du foyer Saint-Charles.

1986 : M. René Azéma remplace Sœur Marie Thérèse à la direction du lycée.

1988 : Ouverture des premiers Bacs Professionnels.

1993 : Aménagement des combles pour créer des salles d’informatique.

MARC SEGUIN - SAINT CHARLES

1996 : Les deux ne font plus qu’un. Le Comité Diocésain de l’Enseignement Catholique de l’Ardèche a décidé de la fusion. Un nouvel établissement a vu le jour à Annonay. Il porte le nom de « Marc Seguin – Saint-Charles ». La direction est confié M. Patrick Bourdin.

 

2006 : La Direction est confiée à M. Philippe BLEIN.

 

2007 : Début de la réforme du temps scolaire. La séquence pédagogique est raccourcie.

 

2009 : Réforme de la voie professionnelle. Passage des Bacs Professionnels de 2 à 3 ans. Fermeture progressive des BEP.

 

2011 : La Direction est confiée à M. Jean-Louis BAUDIER.

 

2013 : Le lycée technologique est fermé à la suite de la réforme de la filière générale. L'établissement se recentre sur la voie professionnelle. Le nom devient "LYCEE PROFESSIONNEL MARC SEGUIN". Ouverture des premières classes de BTS en alternance.

 

2014 : Réécriture du projet d'établissement.

 

2015 : Construtcion du bâtiment de "vie de l'établissement"

Marc Seguin

Marc SeguinIngénieur français (1786 -1875).

Neveu de Joseph de Montgolfier, il effectua, à partir de 1822, des expériences sur la résistance des câbles métalliques, qui l'amenèrent à substituer ceux-ci aux chaînes pour la construction des ponts suspendus, tel celui qu'il réalisa sur le Rhône, entre Tain-l'Hermitage et Tournon, en 1824.
Mais il reste surtout connu pour son invention de la chaudière tubulaire à tubes de fumée (1827), qu'il adapta sur les locomotives à vapeur, permettant ainsi d'accroître leur vitesse.
Avec ses frères, il fut l'un des artisans du développement des lignes de chemin de fer en France. Il fut aussi un pionnier dans l'élaboration de la thermodynamique, formulant dès 1839 des idées précises sur l'équivalence de la chaleur et du travail mécanique.